Élie de Rothschild Élie Robert de Rothschild

Paris, 1917 - Scharnitz, Autriche, 2007

Élie de Rothschild

Fils de Robert de Rothschild et petit-fils de Gustave, Élie passe sa jeunesse entre le château de Laversin, sur la commune de Saint-Maximin (Oise), et l’hôtel familial parisien du 23, avenue de Marigny. Fait prisonnier, avec son  frère, en 1940, il ne sera libéré qu’en 1944. Après la guerre, le baron se consacre à la propriété viticole familiale, en relançant les cépages de Château-Lafite. Il est aussi associé aux activités de la banque Rothschild, avec son frère Alain et son cousin Guy.

Sa collection se caractérise par un attrait pour l’art contemporain. Élie fera don au Musée national d’art moderne d’œuvres de César, Yolande Fièvre, Manolo Millares et François Stahly. C’est notamment à la suite des premières expositions de Yolande Fièvre à la galerie Daniel Cordier, rue de Miromesnil, qu’il constituera un ensemble d’« Oniroscopes » et de boîtes-reliefs, dont un exemplaire, le Festival pour oublier (1961), est aujourd’hui conservé, grâce à sa générosité, au Centre Pompidou, Musée national d’histoire moderne.

Élie s’établira à Londres en 1983, après la nationalisation de la banque familiale.

Laura de Fuccia, Chef de projet, Institut national d'histoire de l'art

En savoir plus

Bibliographie

– Bascou, Marc, « Les héritiers du baron Robert de Rothschild », dans Prevost-Marcilhacy, Pauline (dir.), Les Rothschild, une dynastie de mécènes en France, 3 vol., Paris, éditions du Louvre / Bibliothèque nationale de France/Somogy éditions d'art, II, 2016, p. 340-351.

Ressources en ligne

https://family.rothschildarchive.org/people/117-elie-robert-de-rothschild-1917-2007

Sélection d'œuvre