Mathilde de Rothschild Mathilde Sophie Henriette de Weisweiller, baronne Henri de Rothshchild

Francfort-sur-le-Main, 1874 - Bagnères-de-Luchon, 1926

Jean Béraud, Portrait de Mathilde de Rothschild, vers 1895, huile sur toile, collection particulière.

Épouse d'Henri de Rothschild, Mathilde est à l'origine du don d'une originale et disparate collection de têtes de mort au musée des Arts décoratifs de Paris en 1926. Ces quelque cent quatre-vingt objets représentent un ensemble de memento mori, de divers formats, principalement d'origine occidentale : « des bibelots, gravures, tableaux, statues, objets d'art de toute sorte », en partie achetés à la vente du bibliophile Maurice Le Barbier de Tinan (1842-1919) (Motsch, 2016).

Par ailleurs connue comme « Reine du bon goût et du bon ton », Mathilde a été aussi particulièrement impliquée dans le réaménagement de l'abbaye des Vaux de Cernay. 

Laura de Fuccia, Chef de projet, Institut national d'histoire de l'art

 En savoir plus

Bibliographie

– Motsch, Sophie, «Têtes de mort au musée des Arts décoratifs, 1926 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild, une dynastie de mécènes en France, Paris, éditions du Louvre/BNF/Somogy, 2016, II, p. 228-235.

– Prevost-Marcilhacy, Pauline, « Henri de Rothschild », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 204-219.

–  Rothschild, Henri de, Une dame d'autrefois. La baronne Mathilde Henri de Rothschild (1872-1926), Lausanne, Imprimeries réunies,1946.