Jeune berger qui tente le sort, par Jean-Baptiste Greuze

Au musée du Petit Palais à Paris

Jean-Baptiste Greuze, Jeune berger qui tente le sort

English version  

Jean-Baptiste Greuze

(Tournus, 1725 - Paris, 1805)

Jeune berger qui tente le sort pour savoir s'il est aimé de sa bergère (Jeune berger tenant une fleur)

1760-1761
Huile sur toile

H. : 72,5 cm. ; L. : 59,5 cm

Paris, Petit Palais, inv. PDUT01192.
Ancienne collection Alphonse de Rothschild ; baronne Bethsabée de Rothschild (achat sur les arrérages du legs Dutuit), 1975.

Commandé à Jean-Baptiste Greuze - nouvellement agréé à l'Académie de Peinture - en 1756 par le marquis de Marigny, directeur général des Bâtiments du roi, et destiné aux appartements privés du château de Versailles de sa sœur, la marquise de Pompadour, ce tableau représente un jeune berger qui se concentre sur son souhait d'amour, avant de souffler sur la chandelle de pissenlit qu'il tient dans ses mains. Il sera exposé au Salon de 1761 sous le titre de Berger qui tente le sort pour savoir s'il est aimé de sa bergère. À cette occasion, le philosophe et critique d'art Denis Diderot rapprochera l'élégance du vêtement et l'éclat des couleurs à l'oeuvre de François Boucher, tout en soulignant l’ambiguïté du sujet représenté («on le prendrait presque pour un morceau de Boucher, et puis si on ne savait pas le sujet, ou ne le devinerait jamais »).

Peint en pendant avec un autre tableau du même peintre - La Simplicité conservée à Fort Worth (Kimbell Art Museum), – ce Jeune berger présente le même format oval et un sujet également inspiré à une thématique amoureuse et à la peinture pastorale. Greuze ne terminera que beaucoup plus tard, en 1668, ce deuxième tableau représentant une jeune fille effeuillant une marguerite dans l'espoir que le sort lui révèle si elle est aimée ou pas (« Il m'aime, un peu, beaucoup...» ).

Les deux œuvres étaient conservées dans les collections d’Alphonse de Rothschild qui les achète en 1850. Alors que ce jeune berger tenant une fleur fera partie de la collection de Bethsabée de Rothschild jusqu'à 1975, son pendant, appartiendra au baron Edmond Adolphe Edmond Maurice Jules Jacques de Rothschild (1926-1997), fils de Maurice de Rothschild, avant d'être acheté par la Kimbell Art Foundation en 1985.

Laura de Fuccia, cheffe de projet, INHA

Jean-Baptiste Greuze, La Simplicité, Fort Worth, Kimbell Art Museum.

En savoir plus 

Bibliographie

 - Barker, Emma, Greuze and the Painting of Sentiment, New York, Cambridge University Press, 2005.

- Perrcival, Melissa, « Jean-Baptiste Greuze, Jeune berger tenant une fleure » dans Ceci n'est pas un portrait. Figures de fantaisie de Murillo, Fragonard, Tiepolo..., cat. de l'exposition (Toulouse, musée des Augustines, 21 novembre - 6 mars 2015), Paris, Somogy, 2015, p. 160.  

Ressources en ligne

Consulter le dossier thématique dédié aux collections d'Alphonse de Rothschild à l'Hôtel de Talleyrand