Salomon de Rothschild

Paris, 1835 - Paris, 1864

Portrait de Salomon de Rothschild @ The Rothschild Archives

Frère d'Alphonse, chef de la branche française, et d'Edmond James, Alphonse décède très jeune, à l'âge de 29 ans, après quelques années de conduite extravagante et de spéculations financières qui le conduiront à être écarté des affaires de famille. 

Pendant sa brève existence, Salomon se révèle être un collectionneur passionné de livres, d'objets décoratifs, d'art oriental, ainsi que de photographies. Il achète entre autre deux albums de photographies réalisés par Charles Thurston Thompson, Antonio Perini et Giacomo Caneva (aujourd'hui conservés à la Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie ; AD 5575-4, AD 110 Z Petit fol., AA 140 FOL CA 1880).

Après deux longs séjours successifs en Allemagne (1857-1859) et aux États-Unis (1859-1861) et son mariage avec sa cousine Adèle de Rothschild (1862), il se consacre à une activité intense de collectionneur, en réunissant ses œuvres d'art au rez-de-chaussée de l’hôtel du 25, Faubourg Saint-Honoré.

Une série de carnets de comptes couvrant la période 1862-1864, découverte par Pauline Prevost-Marcilhacy dans les archives Rothschild de Londres, témoigne d'une intense activité d'acquisition, entre Paris, Bruxelles, Londres et l'Italie. Les domaines de l’art extra-européen, des objets de curiosité, et dans une moindre mesure, de la peinture du XVIIIe siècle y étaient particulièrement bien représentés, comme le montrent un certain nombre d'objets légués par sa veuve en 1922 au musée du Louvre (Fellinger, 2016 ; Quette, 2016 ; Barbe et Dectot, 2016 ; Malgouyres, 2016).

Salomon de RothschildPeu de temps avant de mourir, au début des années 1860, Salomon demandera à l’écrivain Albert Jacquemart, rédacteur en chef de la Gazette des Beaux-Arts, d’établir le catalogue de sa collection d’œuvres d’art, qui restera toutefois inachevé à sa mort. Le projet de demeure qui aurait dû être construite entre le boulevard Beaujon (l'actuelle avenue de Friedland) et l'avenue de Messine ne verra pas non plus le jour suite à la mort prématurée de Salomon en 1864. Son épouse Adèle, qui lui survivra cinquante-huit ans, fera construire l'Hôtel Salomon de Rothschild (11, rue Berryer dans le VIIIe arrondissement de Paris), actuellement siège de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (FNAGP)Paris, Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (FNAGP), autrefois Fondation Salomon de Rothschild.

Laura de Fuccia, Chef de projet, Institut national d'histoire de l'art

Portrait de Salomon de Rothschild, photographie, Paris musée d'Orsay, inv. PHO2013-4-46 (C) Musée d'Orsay / RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt.

 En savoir plus

Bibliographie

– Prevost-Marcilhacy, Pauline (dir.), « Salomon de Rothschild, 1835-1864, et Adèle de Rothschild, 1843-1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild, une dynastie de mécènes en France, 3 vol., Paris, éditions du Louvre/BNF/Somogy, II, 2016 et notamment, dans cette section du volume :

– Avril, François, « Manuscrit, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 148-163.

– Aubenas, Sylvie, « Album de photographies, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 176-179.

– Avisseau-Broustet, Mathilde, Hollard, Dominique et Julien Olivier, « Monnaies, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 180-183.

– Barbe, Françoise et Dectot, Xavier, « Arts du feu de la Renaissance, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p 70-101.

– Bascou, Marc, «Armes occidentales, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 102-107.

– Bascou, Marc, « Ivoires et bronzes, 1922 », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 64-69.

– Bascou, Marc, « Montres et écailles piquées, 1922 » dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 142-143.

– Bimbenet-Privat, Michèle et Kugel, Alexis « Un ensemble exceptionnel d'orfèvrerie et de bijoux, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 20-31.

– Dassas, Frédéric, « Tabatières du XVIIIe siècle, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 134-141.

– Fellinger, Gwenaëlle, « Objets d'art islamique, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 108-115.

– Forray-Carlier, Anne « Meubles et tapisseries du XVIIIe siècle, 1922 », dans P.  Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 144-147.

–Guilleminot-Chrétien, Geneviève,« Livres et estampes, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 164-175.

– Prevost-Marcilhacy, Pauline, « Peintures, dessins et sculptures, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 20-31.

– Prevost-Marcilhacy, Pauline, « Salomon (1835-1864) et Adèle de Rothschild (1843-1922) », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II,  p. 8-19.

– Rochebrune, Marie-Laure de, « Porcelaines du XVIIIe siècle », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 116-135.

– Quette, Béatrice, « Objets d'art d'Extrême-Orient, 1922 », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), 2016, II, p. 148-157.

Ressources en ligne

– https://family.rothschildarchive.org/people/49-salomon-james-de-rothschild-1835-1864

Sélection d'œuvres