Jeune fille accoudée - Méditation, par Maximilienne Guyon

Au musée municipal de la La Roche-sur-Yon

Maximilienne Guyon, Jeune fille accoudée, musée de La Roche-sur-Yon

Maximilienne Guyon
Jeune fille accoudée

Huile sur toile
H. : 82 cm ; L. : 65 cm
Avant 1897
Don Alphonse de Rothschild, 1902
La Roche-sur-Yon, musée municipal, inv. 902.1.2

Donnée à la ville de La Roche-sur-Yon par Alphonse de Rothschild, Jeune fille accoudée (902.1.2) est malheureusement la seule huile sur toile de Maximilienne Guyon (Paris, 1868 - Neuilly-sur-Seine, 1903) localisée officiellement dans un musée de France.

Maximilienne Guyon (épouse Goepp) est une des rares femmes artistes de la fin du XIXe siècle a avoir été formée à l’Académie Julian par des professeurs prestigieux, dont certains sont aussi présents dans les collections du musée de La Roche-sur-Yon, tels que Tony Robert-Fleury (Roméo et Juliette), Jean-Paul Laurens (Paysage) ou encore William Bouguereau. Reconnue comme portraitiste, aquarelliste et illustratrice, elle expose régulièrement au Salon des Artistes Français de 1887 à 1903. En 1893, elle fait partie des trente femmes artistes qui représentent la France à l’Exposition universelle de Chicago.

Jeune fille accoudée est une huile sur toile, signée en bas à droite « M. Guyon » mais malheureusement non datée. Si la réalisation fut longtemps estimée autour de 1900, cette chronologie peut être contestée par le tampon du Rubens-club apposé au dos de la toile. Le Rubens-club (Galerie Royale de Bruxelles) a été fondé en 1890 par Pierre De Kuyper au 2 place des barricades avant son transfert au 180 rue royale à Bruxelles, en 1897. L’adresse indiquée sur le tampon du Rubens-club atteste que ce tableau y a été exposé avant 1897.

Ce tableau a aussi été présenté hors concours au Salon de la Société des Artistes français de 1903 (n°871) comme le prouvent les marques « HC » et « 871/1913 » sur le cadre. Dans le catalogue du Salon de 1903, il est considéré comme une simple étude. La touche épaisse, vive et presque évanescente de ce portrait s’oppose en effet aux autres œuvres achevées de Maximilienne Guyon à la facture beaucoup plus lisse.

Réalisé avant 1897, ce portrait de femme a été donné à la ville de La Roche-sur-Yon par « Madame de Rothschild » peu après son exposition au Salon des Artistes français de 1903. Ce don comprenait aussi un Portrait de femme d’Amélie Beaury-Saurel (902.1.1) et un Groupe d’éléphants d’Auguste Seysses (902.1.3).

Sarah Chanteux, Chargée des collections, Musée de La Roche-sur-Yon

En savoir plus 

Bibliographie

– Noël, Denise, L’Académie Julian : les ateliers pour dames. 1868-1907, Thèse, Université Paris I Sorbonne, 1988.